Que savez-vous des infographies ?

Une infographie quézaco ? À quoi cela sert-il ? Êtes-vous concerné ? …. Je vous le donne en mille, c’est ici que vous allez trouver toutes les réponses à ces questions ! 

En termes de design, il y a selon moi deux choses essentielles : la simplicité et la clarté. Un bon design nait de ces deux éléments ». – Lindon Leader

Pour commencer, il serait bon de bien différencier l’infographie d’une infographie : même si ces homonymes explorent les mêmes domaines de compétence, le premier, à savoir l’infographie, est bel et bien un métier à part entière alors que le second est un support visuel percutant pour des données plus ou moins complexes. Aussi, pour créer une infographie, il peut être pertinent de faire appel à un infograPHISTE !

Petite définition de l’infographie :

L’idée première de ce support de communication est de mettre en valeur vos informations de façon explicite et simple. L’infographie permet une représentation synthétique de données souvent complexes (chiffres, thèse, statistiques…) accompagnées d’illustrations schématiques destinées à faciliter la lecture pour vos interlocuteurs.

L’utilisation d’images « symbole » est une pratique qui existe depuis longtemps, pensez aux premières cartes et à la croix pour symboliser le trésor. Aujourd’hui l’image fait figure d’autorité dans tous nos contenus ! Réseaux sociaux, site internet, dossiers papier, l’image est omniprésente et c’est elle qui attire notre attention. Quand on sait que notre cerveau est capable de traiter 60 000 fois plus vite les images que le texte, pourquoi s’en passer ?

Une infographie : pourquoi ?

Nous avons tous connu les inénarrables présentations PowerPoint remplies de tableaux Excel sans fin, les articles papiers et digitaux avec du texte au kilomètre… Des informations certes nécessaires à la présentation du sujet mais souvent fastidieuses et indigestes pour la plupart des lecteurs. En sachant que plus de  90 % des informations qui arrivent jusqu’à notre cerveau sont visuelles, il paraît alors nécessaire de transformer les données pour les adapter à son audience.

En effet, bien utilisée et construite, l’infographie est capable de répondre à différents objectifs : Présentation de données, rapport financier, thèse, mode d’emploi…

Alors pourquoi s’en passer ? Sur le web ou sur papier, elle saura rendre votre présentation plus efficace.

De l’idée à la réalisation…

La création d’une de ces petites bêtes nécessite tout de même un peu de temps et de réflexion. Au-delà de la thématique choisie, il convient de s’attarder sur 4 points essentiels :

  • lebut,
  • les données,
  • l’histoire
  • le visuel.

Avant de vous lancer, il est important de bien définir ses objectifs et sa cible. Que ce soit pour générer du partage sur les réseaux sociaux, trouver de nouveaux financeurs, valoriser un nouveau produit, vous vous devez d’adapter au mieux vos données et votre visuel.

Une fois cette réflexion menée, triez vos données et hiérarchisez-les ! Elles constituent le point d’orgue de votre support. Les informations doivent être pertinentes et suivre un fil conducteur précis. Partir d’un point A à un point B en proposant au lecteur, non pas une suite d’informations, mais une logique de lecture qui l’amènera à comprendre votre message !

Vous avez tout ce qu’il vous faut ?

Il ne reste plus qu’à mettre vos idées en images ! Une précision, il faut attirer l’œil : couleurs vives, illustrations originales… C’est ce visuel qui amènera l’intérêt du lecteur et servira vos données. Alors, on se lance ?

3 conseils pour une infographie réussie

  1. Définissez vos objectifs : faire comprendre, séduire, apporter votre expertise ? Comme dans tout projet de communication vous devez vous concentrer d’abord sur le pourquoi, le pour qui pour avancer ensuite vers le comment.
  2. Comme le disait Antoine de St Exupéry « La perfection est atteinte, non pas lorsqu’il n’y a plus rien à ajouter, mais lorsqu’il n’y a plus rien à retirer ». Il s’avère que cet adage s’adapte parfaitement à notre thématique : organiser les informations pour n’en ressortir que l’essentiel.
  3. Respecter une unité : de couleurs, de police d’écritures, de mise en forme des informations, le principe est de proposer aux lecteurs un support cohérent sans qu’il ne se perde dans un dédale informe et incompréhensible !